Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

et après....

par michel

 

et après....

 

Quand j'serais mort

j'irais, un instant,

Voir si les étoiles,

Qu'on dit si brillantes,

Sont bien peintes sur la toile

D'un firmament,

en rondes incandescentes

 

Quand j'serais mort

J'aurais, un temps,

Des rêves étonnant

De comètes voyageuses

De nébuleuses imaginaires

Aux cheveux de fileuses

Au milieu d'un océan vert

 

Quans j'serais mort

Je ferais, en dansant,

La tournée de la planète,

Qui, nous dit-on, est ronde

En chantant "à la ronde"

Pour voir si les ottomans

Marchent sur la tête

 

Quand j'serais mort

Je fuirais, aussi vite,

Les éléphants roses

Qui, dit-on, nous abusent.

Même en songe, j'évite

Le derme de ce pachyderme

Ayant de layette prit le terme

 

Quand j'serais mort

Je sauterai, à l'aise,

À cloche-pieds, de monts

en merveilles, de diocèses

en clochers, et sans parenthèse,

À Avignon, une marelle sur le pont.

 

Mais... quand j'serais mort,

Point ne me trouverez

Dans un lit de satin,

Entouré de mes traversins,

Et d'une clique de pinces-nez

Au regard savamment consterné

Jouant la farce du grand sinistré.

Voir les commentaires

Jojo

par michel

 

Jojo

C’est un gentil jojo, tout le jour
Il se prend pour le roi, le héros
De la cité, du bitume, du caniveau.
En deux temps il vous joue un tour.

J’aime le voir faisant ses embrouilles.
Un jour, l’air de rien il dégotte en douce
Des larousses comme s’il en pousse 
Des dicos pourquoi*? Ben, la tambouille*!

Me dit-il, de son air de ne pas y toucher
«La cass‘trone, et ben j’suis trop p’tit…
Les ‘la rousses’, c’est qu’j’suis trop rikiki »
Le flegme, ne connait pas, juste un peu écorché

je le vis, une autre fois, arriver
Comme un dératé, le feu quelque part
C’est sûr, ou bien un train de retard.
Atterrir, en un virage serré, sur le nez.

Chouinant à vous en fendre l’âme,
En chapelet se mit à dégoiser
Une suite de gros mots osés
Devant les passants qui s’exclament

Sur ses talons, les bleus, la maréchaussée
Viennent pour lui mettre les "poussets"
C’est que notre hardi, plutôt gonflé
D’un plantigrade s’était pris d’amitié.

La veille au soir, sans concertation
Prit la direction du parc zoologique
Prestement escalada, une gymnastique,
Les grilles de cette vaste prison.

Et libéra en un tour de main 
De leur ‘Eden’ ours et oursons
Qui s’enfuirent tels démons
Sans même penser à demain

Nos amis pandores ne surent,
Ni ne virent, quoi ni comment 
Le rusé, bravement comme se jouant, 
Faussa compagnie aux bleus d'azur

Voir les commentaires

Deux

par michel

 

Deux

 
Un et un

Un ou un 

Un sans un

Un contre un

L'un et l'autre

L'autre sans l'un.

L'un défini,

L'autre pas fini.

L'un reste, l'autre va

En des rives extrêmes,

Faites d'ombres et d'auras.

L'un est là, las et chagrin

De l'autre abandonné, lâché!

Coule le temps sans raison,

L'autre est l'absent de l'un.

Chacun s'étonne, s'inquiète,

Chacun pense et s'interroge.

Le pourquoi le comment du quoi,

Le désapointement pointe son doigt.

Mais quel est ce remue méninge,

L'autre est là, renaît comme de rien.

L'un n'est plus seul,

Il est l'autre

L'autre et l'un

L'autre un

Un et un

Deux
 

Voir les commentaires

Le cirque du blanc

par michel

 

Le cirque du blanc 
(sous titre: accro...)

Accro, je le suis
Ça c’est certain!
Qu’en faire? 
Qu’en dire?
Si ce n’est:
C’est pas bath !… 
D’être un accro-bath
Le cirque est là !
Le spectacle peut commencer
Blanc, en est le leitmotiv
Blancs, sont les quatre murs
Blanches, les blouses
Blanche, la divine poudre.
Mon être ne voit plus
Que ce blanc qui m’inonde.
C’est le Cirque du blanc.
Tel l’acrobate je m’élance
Et essaie d’attraper
Cette main tendue...
Paf ….
L’élan était trop court
La chute
Terrible
M’éclate en sac à patates.
Je relance 
Et bondis pour rejoindre
Ce perchoir
D’où la vue, dit-on
Est si belle.
Allez, cet essai là est encore
Un loupé.
Je prends la s’ringue 
Et shoot un coup 
Pas loupé c’ui là 
Étincelles et étoiles
M’arrivent en pleine poire 
Et …le trou noir…
Re-blanc, éblouissant
Le soleil m’éclate le crâne
Vous êtes contente ???
Le blanc, blanche blouse
Me scrute en clown blanc
J’suis l’auguste moa ??? 
C’est vrai pas de nez rouge,
Ni même de sang,
Me reste que le blanc du drap,
Où mon bras se pose,
Comme en dehors de mon corps.
Et le grand cirque reprend
Son manège de médicaments.
La nausée me prend comme un serpent
Qui se love en mon corps éreinté.
Normal, qu’elle dit la blanche blouse.
Le corps est aimant et attire
Ce qui le détruit!
J’aboute le lien,
Je le fais mien.
Quoi, cette corde est donc la mienne?
Vous n’y êtes pour rien ?
C’est moi, toute seule qui la tiens,
De ces fragiles mains ?
Mon cœur sursaute,
La corde tressaute,
Ce n’est plus celle à sauter
De mon enfance,
Mais ma démente,
Ma blanche,
Qui fout le camp….


À celui/celle qui s'élance et qui, acrobate, attrapera la corde de la vie,
 poème à utiliser librement pour le besoin des acrobates

Voir les commentaires

J'enrage !

par michel

J'enrage !

J'enrage de rien,

Des poils épars

Que laisse le chien.

J'enrage de tout,

Du mégot qui fume

Jusqu'au bout.

J'enrage de rire,

Des loupés

De mes désirs.

J'enrage de pleurs

Du mort pour rien,

De trop de coeur.

J'enrage d'amour

Quand sonne l'heure

Du compte à rebours.

En colère de tout,

J'enrage d'exister

Suis-je fou....

 

Voir les commentaires

À ma fille

par michel

À ma fille

 

À toi mon enfant si loin,

Par monts et par vaux,

Je t'ai laissé mon coeur

En bandoulière sur ton dos.

Aies garde de ne le point briser.

Surveille-le bien, quand fatiguée,

Tu adosses ton corps malmené,

De ne point le faire saigner.

Il est mon seul présent,

Comme le symbole d'amour

D'une maman à son enfant

Qui t'attends tout le long du jour.

Saches, ma vie, mon âme

Que la vie est une pierre précieuse

Qui brille dans nos yeux,

Et chacun en nous l'acclame.

Ne la délaisse pas, elle mérite mieux

Que ce regard que tu veux dédaigneux.

Choisi ton chemin et fais-le serein,

Pour qu'en te retournant, plus tard

Tu puisses voir d'un seul regard

Ce beau chemin parcouru matin

Regarde-le, c'est ta vie,

Qui te sourit

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4